Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La silencieuse

Publié le par lydiane

de Ariane SCHREDER. "La silencieuse" est son premier roman. Lecture faite dans le cadre du prix litteraire inter-CE.

4ème de couverture :

«Je n'ai jamais été très douée avec les mots. Ceux qu'il faut prononcer, échanger. Les miens restent bloqués à l'intérieur, encombrés au moment de sortir, disparus. Ils me reviennent quand il n'y a plus personne pour les recevoir.» C'est dans une grande maison isolée au bord d'un fleuve que Clara vient se réfugier après une rupture amoureuse. Là, elle passe ses journées dans l'atelier à sculpter d'aériennes silhouettes, des mobiles qui touchent terre.Au contact de la nature et des gens du village, la jeune artiste va s'ouvrir peu à peu, reprendre pied. Jusqu'à ce qu'une nouvelle perte menace cet équilibre fragile... Dans ce roman délicat, Ariane Schréder dépeint une femme discrète sur le chemin qui la mènera des mots du silence à ceux de la vie.

 

J'avoue qu'à la lecture de cette 4ème de couv', j'étais loin d'être emballée. J'imaginais d'avance un roman avec de longues descriptions, où il n'y allait pas avoir beaucoup d'action et des dialogues inexistants... Et bien que nini ! J'ai été captée par l'écriture et par la poésie de ce roman. J'ai aimé la délicatesse de Clara, la manière dont l'auteur dépeint sa souffrance. Mais en même temps Clara, malgré sa "timidité" se lie avec plusieurs personnages, très différents les uns des autres. On sent qu'elle sait faire confiance à son intuition sans écouter les rumeurs ou les qu'en dira-t-on. Bref, contre toute attente, je ne me suis pas ennuyée une minute et j'ai aimé ce livre plein de simplicité.

Partager cet article
Repost0

G comme ... William GOLDMAN

Publié le par lydiane

William Goldman, né le 12 août 1931, est un écrivain, scénariste et dramaturge américain. Il a écrit Princess Bride en 1973.

4ème de couverture :

Il était une fois la plus belle des aventures, auréolée par le grand amour, le seul, le vrai. Le conte intemporel de S. Morgenstern -redécouvert et merveilleusement abrégé par William Goldman - est peuplé de personnages aussi inoubliable que Westley, le beau valet de ferme qui risque sa vie pour la femme qu'il aime ; Inigo Montoya, le fabuleux bretteur qui ne vit que pour venger la mort de son père ; Fezzik, le plus doux et le plus fort des colosses... et bien sûr, Bouton d'or : la princesse, la fiancée, la femme idéale, la plus belle de toute l'histoire du monde.

 

Je ne vais pas pouvoir vous dire grand chose du magnifique conte annoncé dans la 4ème de couverture... je me suis arrêtée à la page 70, à bout de force... L'histoire en elle-même venait à peine de commencer. Dans les 60 premières pages, M. GOLDMAN nous raconte toutes les embuches rencontrées pour publier ce livre/scénario. Il nous explique également qu'il s'agit d'un roman écrit par Morgenstern, mais dont il a "coupé" plusieurs pages de déscription qui le rendait indigeste... D'accord, sauf, que M. GOLDMAN ne peut s'empecher de mettre des parenthèses à tout bout de champs, qui entre nous ne servent pas à grand chose, et qui coupent carrement le rythme de l'histoire. Je vous ai déjà dit que je n'étais pas dans une periode de "boulimie de lecture" et que j'avais parfois du mal à m'y mettre, ce livre ne m'a pas aidé. Je l'ai vite refermé et rapporté à la bibliothèque.

Partager cet article
Repost0

Guillaume et Nathalie

Publié le par lydiane

de Yanick Lahens

Roman lu dans le cadre deu Prix litteraire inter-CE

4ème de couverture :

Cela faisait longtemps que je voulais écrire cette histoire de rencontre d’un homme et d’une femme. L’une de celles qui ravivent le goût de l’impossible. L’une de celles qui traînent leur cortège de surprises, de paradoxes, d’érotisme et de déraison. Dans cette ville où, comme dans d’autres villes, une certaine idée de l’amour a été façonnée par les livres, les chansons et le cinéma. Mais où les données du malheur universel sont immédiates ou vous rattrapent juste un peu plus vite qu’ailleurs.

 

Je suis complétement passée à côté de ce livre... je l'ai trouvé creux, sans beaucoup d'intérêt. J'ai eu un mal de chien à aller jusqu'au bout. J'espérais une belle histoire d'amour, loupé !

Partager cet article
Repost0

S comme... Kathryn STOCKETT

Publié le par lydiane

4ème de couverture :

Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s’exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l’ont congédiée. Mais Skeeter, la fille des Phelan, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui ‘la élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même lui laisser un mot. Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié ; moins encore la tolèreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante. Passionnant, drôle, émouvant, La couleur des sentiments a conquis l’Amérique avec ses personnages inoubliables. Vendu à plus de deux millions d’exemplaires, ce premier roman, véritable phénomène culturel outre-Atlantique, est un pur bonheur de lecture.

La couleur des sentiments paru en 2009 est le premier roman de Kathryn STOCKETT

4ème de couverture

Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s’exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l’ont congédiée.

Mais Skeeter, la fille des Phelan, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui ‘la élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même lui laisser un mot. Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié ; moins encore la tolèreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante. Passionnant, drôle, émouvant,

La couleur des sentiments a conquis l’Amérique avec ses personnages inoubliables. Vendu à plus de deux millions d’exemplaires, ce premier roman, véritable phénomène culturel outre-Atlantique, est un pur bonheur de lecture.

 

Mon avis : J'ai tout simplement adoré ce roman ! J'en avais entendu parler des centaines de fois sur la blogosphère, toujous dans des termes elogieux, mais le thème du roman ne me tentait guère. Puisque dans mon challenge ABC, il me fallait un auteur commancant par S, j'ai pensé à Mme STOCKETT. Voilà pourquoi je me suis plongée dans cette lecture. Ca fait plusieurs semaines que j'ai du mal à lire, plus trop d'envie (vous aurez surement remarqué le calme plat sur ce blog...). Mais au fil des pages de ce roman, je me suis laissée captiver par le courage de ces bonnes noires et de Skeeter, et j'ai lu, lu et encore lu ! Beau coup de choses sont déjà dit dans la 4ème de couverture donc je ne vais pas en rajouter, je vous mets juste la bande annonce de l'adaptation au cinéma :

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0