Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La tulipe noire

Publié le par lydiane

d'Alexandre DUMAS.

Lors d'une bourse aux livres, j'avais fait l'acquisition de La Tulipe Noire, mais je n'avais pas encore pris le temps de le lire. Pendant le confinement, je me suis dit que c'était le moment idéal. Déjà parce que j'aime beaucoup le talent de conteur d'Alexandre Dumas (j'ai adoré les 3 mousquetaires), et puis parce que j'avais un très bon, mais vague, souvenir du film la Tulipe Noire avec Alain Delon. Bref, j'avais envie d'une belle histoire de capes et d'épées pour changer un peu !

Mais oh déception….ce film n'est absolument pas une adaptation du roman d'Alexandre Dumas. Dans le roman, point de cape, ni d'épée, mais quand même un peu d'amour !

L'histoire se déroule en Hollande, en 1672. Guillaume d'Orange prend le pouvoir, profitant du massacre par le peuple des frères Jean et Corneille de Witt, accusés de tractations secrètes avec la France. Leur neveu, le jeune Cornélius van Baerle, se retrouve, bien malgré lui, mêlé à ces intrigues politiques. Il est pourtant à 1000 lieux de s'intéresser au pouvoir, la seule chose qui le passionne c'est l'horticulture et plus précisément le rêve de créer une tulipe noire. Cornelius échappe de peu à la peine de mort et se retrouve emprisonné à vie. Dans sa cellule, il a réussi à emmener ses 3 caïeux qui doivent donner naissance à la tulipe noire. Rosa, la fille du geôlier va lui apporter son aide. Mais faire pousser une tulipe noire aiguise les jalousies, surtout depuis que la société horticole de Harlem a décidé de verser un prix au créateur. L'entreprise de Cornelius et de Rosa ne va pas se reveler aussi simple que prévue...

Le début du roman a été pour moi un peu complexe, n'étant pas au fait de l'histoire hollandaise. Mais passé quelques pages, on est vite embarqué par l'intrigue et on suit les rebondissements imaginés par Dumas. Par contre, je dois avouer que le personnage de Cornelius m'a parfois exaspéré... il se fait enfermer et frôle la mort pour des crimes qu'il n'a pas commis, mais ça ne le révolte pas plus que ça... 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Le témoignage du pendu

Publié le par lydiane

de Ann GRANGER

Le témoignage du pendu

4ème de couverture :

Un homme destiné à la corde dirait n'importe quoi pour sauver sa vie. Mais que faire si son témoignage était vrai ?
Lorsque l'inspecteur Ben Ross est appelé à la prison de Newgate par un homme condamné à mort, il ne s'attend pas à accorder le moindre crédit à sa parole. Mais le récit d'un assassinat dont il a été témoin il y a plus de dix-sept ans est si convaincant que Ben ne peut s'empêcher de se demander si ce qu'il a entendu est vrai. S'il est trop tard pour sauver la vie de l'homme, peut-il encore enquêter sur un crime passé inaperçu pendant toutes ces années ?

J'ai déjà lu plusieurs roman d'Ann GRANGER, notamment La curiosité est un péché mortel, et Un assassinat de qualité. On retrouve donc dans ce roman l'inspecteur Ben Ross et son épouse Lizzie, duo de choc, toujours aussi sympathique. 

L'inspecteur Ben Ross ne peut se résoudre à refuser la dernière volonté d'un homme qu'il a arrêté. La veille de sa condamnation à mort, celui-ci demande un entretien à l'inspecteur. Il lui avoue alors, avoir assisté à un assassinat il y a 17ans : alors qu'il s'approchait d'une maison en pleine forêt pendant un orage pour trouver un refuge. Il surprend, par la fenêtre, une jeune femme appuyer un cousin sur le visage d'un vieil homme jusqu'à ce que ce dernier arrête de respirer. Etant donné que les affaires l'ayant entrainé dans cette forêt ne sont pas des plus légales, il se voit mal aller trouver la police, voilà pourquoi, il n'a rien dit à l'époque. Les supérieurs de Ben ne sont pas particulièrement impatients de s'intéresser à un soi-disant meurtre vieux de 17 ans. Ben envoie donc son épouse se renseigner, discrètement, dans la région.

On suit en parallèle l'enquête de Ben sur la disparition de madame Canning et sa fille Charlotte. Monsieur Canning, particulièrement odieux, est persuadé que son épouse a été enlevée. Cette enquête est l'occasion d'évoquer la condition des femmes au XIXè S.

Le style est fluide, le roman se lit facilement. Mais j'avoue que les enquêtes ne m'ont pas passionnées. On comprend en effet assez vite ce qui s'est réellement passé, bref peu de suspens...

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Le secret de la manufacture de chaussettes inusables

Publié le par lydiane

De Annie BARROWS

Le secret de la manufacture de chaussettes inusables

4eme de couverture :

Ce n’était pas le projet estival dont Layla avait rêvé. Rédiger l’histoire d’une petite ville de Virginie-Occidentale et de sa manufacture de chaussettes, Les Inusables Américaines. Et pourtant…
Eté 1938. Layla Beck, jeune citadine fortunée, refuse le riche parti que son père lui a choisi et se voit contrainte, pour la première fois de sa vie, de travailler. Recrutée au sein d’une agence gouvernementale, elle se rend à Macedonia pour y écrire un livre de commande sur cette petite ville.
L’été s’annonce mortellement ennuyeux. Mais elle va tomber sous le charme des excentriques désargentés chez lesquels elle prend pension. Dans la famille Romeyn, il y a… La fille, Willa, douze ans, qui a décidé de tourner le dos à l’enfance… La tante, Jottie, qui ne peut oublier la tragédie qui a coûté la vie à celui qu’elle aimait… Et le père, le troublant Félix, dont les activités semblent peu orthodoxes. Autrefois propriétaire de la manufacture, cette famille a une histoire intimement liée à celle de la ville.
De soupçons en révélations, Layla va changer à jamais l’existence des membres de cette communauté, et mettre au jour vérités enfouies et blessures mal cicatrisées.

Période de confinement oblige, médiathèque fermée, librairie fermée...je pioche dans ma bibliothèque. La couverture et le titre ne m'emballaient pas des masses, mais ce qui m'a décidé à choisir ce roman, c'est son auteur. Celle-là même qui a écrit "Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates", roman que j'avais particulièrement aimé. Autant le dire tout de suite, ce fut un bon choix !

J'ai vraiment aimé les personnages. Annie BARROWS sait créer des personnages un peu rebelles, qui ne rentrent pas dans le moule de la "bonne" société, avec leurs petits défauts, mais surtout une pointe d'humour qui m'a conquise. En particulier : Jottie, que j'ai adoré découvrir. Cette vieille fille (enfin, elle n'a qu'une trentaine d'années !) fait preuve d'une belle force de caractère. C'est un peu l'adulte de la famille (bien qu'elle ne soit pas l'aînée), elle gère ses frères et soeurs, mais aussi les filles de son frère. Elle vit dans la maison familiale, et pour faire rentrer un peu d'argent, loue une chambre à Layla Beck.

Layla, fille de sénateur, n'a jamais eu à se préoccuper de l'argent. Elle a toujours eu une vie privilégiée. Le jour où, après une énième dispute, son père lui coupe les vives; elle tombe de haut en découvrant "la vraie vie". Enfin... c'est vite dit, car son oncle lui déniche quand même un poste dans un petit coin paumé des Etats-Unis. C'est grâce au New Deal que ce poste, pas vraiment essentiel, a été créé. Elle doit écrire un livre sur l'histoire de la ville. Layla se plonge alors dans les archives de la ville et va faire resurgir les souvenirs de la famille Romeyn...    

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0