Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'assassin royal T7 et T8

Publié le par lydiane

de Robin HOBB.

L'assassin royal T7 et T8L'assassin royal T7 et T8

4ème de couverture :

Quinze années ont passé. Loin de la cour, et le coeur blessé, Fitz s'est réfugié dans une chaumière isolée avec son inséparable oeil-de-loup pour unique compagnon. Il espère enfin avoir trouvé la paix et rompu avec son terrible passé.
Mais c'est compter sans son destin. Car, bientôt, des visiteurs inattendus viennent tour à tour troubler sa retraite avec des motifs déguisés : Umbre, son vieux mentor ; Astérie, la ménestrelle avec laquelle il entretient épisodiquement des relations amoureuses ; et le fou, toujours plein d'entrain, sur qui les années semblent n'avoir aucune prise. À mots plus ou moins couverts, tous trois lui soufflent la même chose : on a besoin de lui à Castelcerf, où règne la reine Kettricken, pour retrouver le prince héritier Devoir, qui a disparu dans de mystérieuses conditions.
Après un long combat intérieur, Fitz décide de se mettre en route. Mais, pour éviter d'être reconnu, c'est en valet qu'il s'introduit à la cour et commence la difficile quête du prince sur lequel se portaient tous les espoirs. Les obstacles ne vont pas tarder à surgir de tous les côtés.

Le tome 6 bouclait la quête de Fitz et de Chevalerie. Il s'agissait d'ailleurs du dernier tome de la série écrite par l'auteur entre 1997 et 1999. Puis en 2001, elle publie une suite, le "cycle du prophète blanc", composé de 7 tomes en français. Et enfin, en 2014, un 3ème (et dernier ?) cycle, "Le fou et l'assassin" voit le jour (6 tomes en français). Bref, j'ai encore de quoi faire avec cette série; et ce n'est pas pour me déplaire ! 

Au commencement du tome 7, on retrouve Fitz en plein coeur de la campagne. Il vit isolé avec son loup et un jeune orphelin. Il se fait appeler Tom Blaireau et vit une vie simple depuis 15ans, loin des intrigues de la cour de Castelcerf, mais également loin de ceux qu'il aime, Molly, Burrich, la reine Kettricken... Un beau jour, c'est Umbre, puis le Fou qui viennent jusqu'à lui. Ils lui apprennent que le prince Devoir, le fils de Kettricken, a disparu. On comprend vite que derrière cette disparition se cache les Fidèles du Roi Pie. Ces hommes qui sont dotés du Vif et qui sont persecutés dans tout le royaume, ont trouvé, à travers, le Prince Devoir, un moyen de se venger et de faire entendre leurs droits. Qui d'autre que Fitz, lui même doté du Vif, pourrait retrouver le prince ?

Malgré tout, Fitz sent au fond de lui l'envie de revivre sa vie d'avant, même si c'est sous le nom de Tom Blaireau. Nous voilà donc partis dans une nouvelle aventure au côté de Fitz. Yes !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

La passe-miroir - Tome 4

Publié le par lydiane

de Christelle DABOS.

J'ai dévoré le tome 1, le tome 2 et le tome 3.

La passe-miroir - Tome 4

4ème de couverture :

Les effondrements se multiplient, de plus en plus impressionnants: Babel, le Pôle, Anima... aucune arche n'est épargnée. Pour éviter l'anéantissement total il faut trouver le responsable. Trouver l'Autre. Mais comment faire sans même savoir à quoi il ressemble ? Plus unis que jamais, Ophélie et Thorn s'engagent sur des chemins inconnus où les échos du passé et du présent les mèneront vers la clef de toutes les énigmes.

Je l'attendais avec impatience !!! Et avant de le lire, je me suis fait le plaisir de relire les 3 premiers tomes. En attaquant ce 4ème et dernier tome, j'étais partagée entre l'envie de le dévorer super vite pour connaitre enfin la fin, et l'envie de le faire durer un peu, car ensuite j'en aurai fini avec l'histoire d'Ophélie et Thorn...

Dans ce tome, j'ai retrouvé avec bonheur l'univers riche créé par Christelle DABOS. Le voile se léve sur l'identité de l'Autre et sur sa création. On suit alors Ophélie, Thorn mais aussi Archibal, Renard, Gaëlle...qui partent à sa poursuite. Par contre, je vous préviens, ce livre n'est pas un long fleuve tranquille ! Il y a des rebondissements, des fausses-routes et on se demande vraiment comment cela va finir...  La construction de l'intrigue est complexe et ce roman mériterait bien une seconde lecture pour profiter un maximum de tous ces fils qui s'entrecroisent.

Franchement c'est une super serie. J'ai personnellement une préférence pour le 1er tome, qui fut une vraie surprise avec cette plongée dans le monde des arches. Bref, je vous conseille fortement de partir à la rencontre d'Ophélie et deson écharpe capricieuse !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

22/11/63

Publié le par lydiane

de Stephen KING.

Roman lu dans le cadre du Family Challenge : livre avec une référence temporelle dans le titre.

22/11/63

4ème de couverture :

Imaginez que vous puissiez remonter le temps, changer le cours de l'Histoire. Le 22 novembre 1963, le président Kennedy était assassiné à Dallas.
À moins que... Jake Epping, professeur d'anglais à Lisbon Falls, n'a pu refuser la requête d'un ami mourant : empêcher l'assassinat de Kennedy. Une fissure dans le temps va l'entraîner dans un fascinant voyage dans le passé, en 1958, l'époque d'Elvis et de JFK, des Plymouth Fury et des Everly Brothers, d'un dégénéré solitaire nommé Lee Harvey Oswald et d'une jolie bibliothécaire qui deviendra le grand amour de Jake...

C'est mon 1er ! Mon 1er Stephen KING ! Pourtant avec plus de 200 ouvrages publiés, j'avais l'embarras du choix. Mais je pensais, à tort, que Stephen KING n'ecrivait que des romans d'horreur, et ça, clairement, c'est pas mon truc ! Mais non, on trouve aussi dans sa bibliographie des romans fantastiques (comme "La ligne verte" notamment !)

Dans ce roman, on rencontre Al Thompson qui tient un petit resto à côté d'un campus. Un jour où il se decide à faire un peu de rangement dans sa reserve, il va faire une decouverte assez particulière...il est au fond de sa reserve et en faisant quelques pas de plus, il se retrouve dans la rue...mais en 1958 ! Sa reserve heberge en fait un passage temporel. Je vous l'accorde, dit comme ca c'est un peu moyen, mais avec le talent de conteur de S KING, ça a tout de suite une autre gueule !

Al va donc faire regulierement des petits sauts dans le temps pour plonger dans les USA des années 50. Et de plus en plus, il se demande comment il peut tirer parti de "ce passage" pour ameliorer le monde d'aujourd'hui. Après tout, en changeant un élément du passé, l'effet papillon se faisant, l'avenir peut s'en trouver meilleur. Voilà comment a germé dans son esprit l'idée d'empêcher l'assassinat de Kennedy !

Si vous voulez connaitre la suite, il ne vous reste plus qu'à attaquer ce pavé de plus de 900 pages ! Personnellement, j'ai beaucoup aimé cette lecture. L'intrigue est bien menée, c'est original. L'ambiance des années 50 est superbement bien décrite. Je comprends complétement la renommé de Stephen KING. Et vous ? Avez-vous déjà lu un roman de cet auteur ? Qu'en pensez-vous ?

Partager cet article
Repost0

Avec toutes mes sympathies

Publié le par lydiane

d'Olivia de Lamberterie.

Olivia de Lamberterie est une journaliste et critique littéraire française.

Avec toutes mes sympathies

4ème de couverture :

Les mots des autres m'ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions. Jusqu'à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d'écrire. Le suicide d'Alex m'a transpercée de chagrin, m'a mise aussi dans une colère folle. Parce qu'un suicide, c'est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de se souvenir des jours heureux.
Moi, je ne voulais pas me taire.
Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. Il s'est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j'ai eu de l'avoir comme frère, m'a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation. Je désirais inventer une manière joyeuse d'être triste.
Les morts peuvent nous rendre plus libres, plus vivants. »

C'est le 1er ! Le 1er livre audio que je lie écoute. Le rayon des audio-livres prenant de plus en plus d'ampleur à la médiathèque, je me suis laissée tenter. D'autant plus que je suis amenée à me déplacer d'agences en agences pour mon boulot (bon ça évidemment, c'était avant le Coronavirus…), alors autant rentabiliser ces minutes de marche !

J'ai entendu beaucoup de bien sur le livre d'Olivia de Lamberterie, et il faut avouer que ça m'a plu de savoir que c'est sa propre voix que j'entendais dans mes écouteurs. L'auteur nous parle de son frère Alex : son frère lors de leur enfance, son frère quand ils sont devenus adultes, son frère aujourd'hui. On saute d'une période à l'autre au gré des souvenirs de l'auteur. On retrouve dans ce livre tous un tas de sentiments : de la nostalgie, de la peur, de la joie, de la colère. Tout est juste, tout y est bien décrit.

Alex est entier, passionné, sensible, mais il a hérité de la souffrance qui pèse sur les hommes de la famille. Cette mélancolie qui les plombe et qui les entraine toujours plus profondément dans la dépression. Il est tiré vers le haut par sa sœur, sa femme, ses enfants, mais ça ne suffit pas. Le jour où Alex arrive enfin à ses fins, le monde d'Olivia s'écroule. Elle doit apprendre à transformer sa relation avec son frère : dorénavant, dans sa vie, elle n'aura plus un frère flamboyant à protéger, mais un frère disparut qui lui a laissé de merveilleux souvenirs.

Bon clairement, je ne pense pas avoir fait le meilleur choix pour mon 1er livre-audio. Ce n'est pas un livre à écouter en marchant dans la rue, mais plutôt au calme, sur son canapé avec un petit plaid sur les épaules. Du coup, je n'ai pas vraiment "plongé" dans l'ambiance du livre et je suis certainement passée un peu à côté...

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Félines

Publié le par lydiane

De Stéphane SERVANT

Félines

4ème de couverture :

Personne ne sait exactement comment ça a commencé. Ni où ni quand d'ailleurs. Louise pas plus que les autres. Ce qui est sûr, c'est quand les premiers cas sont apparus, personne n'était prêt et ça a été la panique. Des adolescentes qui changeaient d'un coup. Des filles dont la peau se recouvrait de... dont les sens étaient plus... et les capacités... Inimaginable... Cela n'a pas plu à tout le monde. Oh non ! C'est alors qu'elles ont dû se révolter, être des Félines fières et ne rien lâcher ! Après Sirius (prix Sorcières 2018), Stéphane Servant revient avec un roman coup de poing.

J'ai repéré ce roman dans un top 10 d'une blogeuse, et vu la note de 4.47/5 qu'il affiche sur Babelio, je l'ai emprunté à la bibliothèque. Quel meilleur jour que la Journée de la Femme pour vous parler de ce roman. 

Dans le lycée de Louise, il y a cette fille un peu bizarre, un peu a l'ecart. Lors du cours de natation, tout le monde l'attend, mais elle est visiblvisiblement restée dans les vestiaires.  Louise va la chercher. Elle découvre alors la fille...couverte de poils des pieds à la tête ! Un pelage semblable à celui d'un chat. A l'heure des réseaux sociaux, une photo volée de cette "fille chat" fera de sa vie en enfer. Elle n'y verra pas d'autre issue que la mort.

Mais déjà d'autres cas de filles chats font surface dans un autre pays, et petit à petit, c'est une vraie épidémie. Seules les jeunes adolescentes sont concernées. Un vrai climat de peur s'installe, les filles chats sont traquées, parquées, pour eviter, soit disant, la contagion.

Mais on ne connaît rien de ce virus, de sa propagation. Les "filles chats" deviennent des parias, on les exclut, on les insulte. Si elles sont ce qu'elles sont, c'est bien qu'elles ont commis un pêché. 

Louise, qui a elle même vu un pelage recouvrir tout son corps, ne comprend pas ce qui lui arrive et n'accepte pas cette stigmatisation. Elle n'a rien fait de mal, pourquoi devrait-elle être enfermée ? Elle revendique sa liberté et son droit au respect. Elle devient, malgré elle, la porte parole des Felines. Mais comme dans tout mouvement de revolte, il y a les pacifistes et ceux qui emploient des méthodes plus fortes pour faire entendre leur voix. 

Il y a dans ce roman des thèmes importants d'abordés : l'exclusion des "differents" (le passage sur l'enfermement m'a fait penser au Vel d'hiv), l'individualisme, la force d'assumer sa singularité, les mouvements de defence des libertés. Ce roman se veut feministe et se destine à un public d'adolescentes. Personnellement, je n'ai pas totalement accroché... Le côté fiction ne m'a pas convaincu. Je n'ai pas reussi à m'interesser pleinement aux personnages. Dommage...

Partager cet article
Repost0