Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Charlotte

Publié le par lydiane

Si vous suivez un tant soit peu l'actualité littéraire, vous n'avez pas pu passer à côté de Charlotte, le dernier livre de David FOENKINOS. L'un des livres les plus commentés de cette rentrée littéraire, livre qui a d'ailleurs obtenu le prix Renaudot et le Goncourt des lycéens.

Malgré le fait que j'aime beaucoup FOENKINOS, ce livre me tentait moyennement...Le sujet m'emballait guère et j'avais peur de l'ecriture si particulière. Et puis, ma mère a achété ce livre et au vue de son enthousiasme à sa lecture (http://passionnement1457.overblog.com/2014/10/charlotte-suite.html) ainsi que celui de ma soeur

 (http://1000n1.overblog.com/2014/10/charlotte-de-david-foenkinos.html), je me suis laisser tentée.

 

Charlotte

4ème de couverture :

Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une oeuvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : “c'est toute ma vie”. Portrait saisissant d'une femme exceptionnelle, évocation d'un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d'une quête. Celle d'un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.

Alors tout d'abord le style de narration ne m'a pas dérangé du tout. J'ai retrouvé le talent de la plume de FOENKINOS et le plaisir de lire ses intrusions dans le récit. J'aime beaucoup quand Monsieur FOENKINOS se met à me parler à moi, lecteur, directement. Et puis, on sent tellement sa passion pour Charlotte. Il explique, en effet, que ce livre était "en souffrance" chez lui depuis de nombreuses années. On se rend compte qu'il n'a pas juste découvert l'oeuvre d'une artiste, mais qu'il s'est interessé à qui était réellement Charlotte, et qu'il a fait de nombreuses recherches. On voit que Charlotte fait partie integrante de sa vie.

Et j'avoue c'est plus cette passion qui m'a plu, plus que la vie de Charlotte en elle-même. Même s'il faut le reconnaitre, elle a eu une vie extraordinaire. Etre juive et allemande avec Hitler au pouvoir était un bagage bien lourd à porter et pourtant Charlotte vivait chaque minute intensément. Bref, encore un livre de M. FOENKINOS que j'ai beaucoup aimé !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Juste avant le bonheur

Publié le par lydiane

de Agnès LEDIG. "Juste avant le bonheur" est un roman qui a fait beaucoup parlé de lui. Je vois souvent des articles sur les blogs disant à quel point les lecteurs l'ont aimé. Je l'ai donc emprunté à la bibliothèque et je viens de le terminer.

Pour écrire cet article, j'ai cherché quelques infos sur Agnès LEDIG. Elle a en fait un parcours particulier : elle est sage-femme libérale à Obernai. Mère de trois enfants, elle a commencé l'écriture après le décès de l'un de ses trois fils, atteint d’une leucémie. Pour répondre aux questions que posaient tous ceux qui se préoccupaient de Nathanaël, elle tenait un bulletin hebdomadaire. Un professeur de médecine qui suivait l'enfant l'a encouragée à écrire. Juste avant le bonheur est son 2ème roman.

 

Juste avant le bonheur

4ème de couverture :

Cela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fée. Caissière dans un supermarché, elle élève seule son petit Lulu, unique rayon de soleil d'une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui tendre la main. Emu par leur situation, un homme généreux les invite dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. La chance serait-elle enfin en train de tourner pour Julie ?

Agnès Ledig, auteur de Marie d'en haut, Coup de coeur du grand prix des lectrices de Femme Actuelle, possède un talent singulier : celui de mêler aux épisodes les plus dramatiques de l'existence optimisme, humour et tendresse. Dans ce roman où l'émotion est présente à chaque page, elle nous fait passer avec une énergie communicative des larmes au rire, elle nous réconcilie avec la vie. Juste avant le bonheur fait partie de ces (trop) rares livres qu'on a envie de rouvrir à peine refermés, tout simplement parce qu'ils font du bien !

Oui, c'est un livre qui se lit bien et vite. J'ai passé un bon moment, mais pour moi ça manque de réalisme. Les personnages sont trop caricaturaux : Julie, fille intelligente qui galère dans la vie rencontre Paul, altruiste, qui décide de l'inviter en vacances. C'est un peu le monde des bisounours, non ? Pour moi, ça pourrait être crédible si ça n'allait pas si vite, si l'auteur prenait plus son temps avec le sentiment de ses personnages. Et puis, il y a Jerôme, le fils de Paul, qui est normalement en pleine déprime suite au sucide de sa femme. Mais on y croit pas une seconde : la 1ere femme qu'il rencontre v'la t'y pas qu'il la dragouille avec beaucoup d'humour, ah ouais comme ça il déprime ??? Bref, dans cette histoire il y a 3 mecs et 3 nanas au début et au final 3 couples, ba tiens donc !

Bref pour moi, il y a un peu trop de mélo, et un peu trop de "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil". Mais je pense que ça reste un bon livre détente, une lecture de vacances d'été pourquoi pas. Vous trouverez peut-être ma critique dure, mais j'ai emprunté un autre roman d'Agnès LEDIG à la bibliothèque, preuve que je n'ai pas totallement détesté et que je veux encore redonner une chance à l'auteur de me captiver complètement !

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Les heures souterraines

Publié le par lydiane

Je voulais emprunter à la bibliothèque le roman "No et moi" de Delphine DE VIGAN, mais il était déjà sorti. Du coup je me suis "rabattue" sur "Les heures souterraines"...et j'ai été loin d'être déçue !

 

Les heures souterraines

4ème de couverture :

Chaque jour, Mathilde prend la ligne 9, puis la ligne 1, puis le RER D jusqu’au Vert-de-Maisons. Chaque jour, elle effectue les mêmes gestes, emprunte les mêmes couloirs de correspondance, monte dans les mêmes trains. Chaque jour, elle pointe, à la même heure, dans une entreprise où on ne l’attend plus. Car depuis quelques mois, sans que rien n’ait été dit, sans raison objective, Mathilde n’a plus rien à faire. Alors, elle laisse couler les heures. Ces heures dont elle ne parle pas, qu’elle cache à ses amis, à sa famille, ces heures dont elle a honte.

Thibault travaille pour les Urgences Médicales de Paris. Chaque jour, il monte dans sa voiture, se rend aux adresses que le standard lui indique. Dans cette ville qui ne lui épargne rien, il est coincé dans un embouteillage, attend derrière un camion, cherche une place. Ici ou là, chaque jour, des gens l’attendent qui parfois ne verront que lui. Thibault connaît mieux que quiconque les petites maladies et les grands désastres, la vitesse de la ville et l’immense solitude qu’elle abrite.

Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai. Autour d’eux, la ville se presse, se tend, jamais ne s’arrête. Autour d’eux s’agite un monde privé de douceur. Les heures souterraines est un roman sur la violence silencieuse. Au cœur d’une ville sans cesse en mouvement, multipliée, où l’on risque de se perdre sans aucun bruit.

C'est sur, ce n'est pas le roman le plus gai que j'ai pu lire, mais j'ai beaucoup aimé. Des thèmes durs sont abordés : le harcèlement moral, la solitude, la séparation, l'amour non réciproque...Mais l'écriture de Delphine DE VIGAN le fait en toute simplicité, sans mélo, ce qui rend les choses encore plus percutentes. Elle nous demontre qu'il suffit de pas grand chose pour perdre sa confiance en soi et se retrouver dans une spirale infernale de dévalorisation de soi-même. Ce roman prouve aussi que nous sommes dans le faux lorsqu'on se sent seul, incompris...en effet, il n'est pas impossible que l'inconnu juste à côté de nous ait les mêmes peurs et les mêmes espoirs.

Avant de me plonger dans la lecture de ce livre, j'avais vu, sur des forums, que beaucoup de lecteurs critiquaient la fin. Vous voyez le genre le livre qui se finit en queue de poisson, déçu de se retrouver avec une fin qui n'en est pas une... Plus j'avançais dans ma lecture, plus j'aimais ce roman, plus je redoutais la fin. Je priais interieurement "Delphine, je t'en prie, ne me dit pas que tu as cédé à la facilité que j'imagine...". Eh oh, victoire ce ne fut pas le cas ! Moi, j'ai adoré la fin, et je n'en aurais pas voulu une autre !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Plus que quelques heures de patience...

Publié le par lydiane

...avant la venue du vieux monsieur à la barbe blanche. J'en profite pour vous faire partager 2 livres sur le thème de Noël que Mon Pirate a particulièrement aimé :

- Anton et le cadeau de Noël de Ole KONNECKE : C'est l'histoire d'un petit garçon qui voit un cadeau tomber du ciel à ses peids. Il décide alors de partir à la poursuite de ce traineau qui a perdu un paquet. En cherchant à rattraper le traineau pour rendre le cadeau perdu, Anton va vivre de nombreuses peripeties. Les dessins sont tout simple, mais je les trouve vraiment jolis. La chute de l'histoire est aussi très poetique, car vous imaginez facilement le nom qui est inscrit sur le paquet et que Anton découvre une fois le Père Noël rattrapé...

Plus que quelques heures de patience...

- Drôle de Noël pour Mouska de Marie GHISLAIN : Là aussi, une histoire de chute de traineau. C'est Mouska, un petit ourson en peluche, qui chute du traineau du Père Noël. Il sait qu'il est attendu par une petite fille, Nathalie; le Père Noël lui a dit, mais ne lui a pas précisé l'adresse... Mouska va donc devoir se faire aider par des amis rencontrés cette nuit de Noël, afin que Nathalie trouve son cadeau tant attendu au pieds du sapin !

 

Plus que quelques heures de patience...

Je terminerai par un livre que j'ai trouvé très beau, mais que je n'ai pas lu à Mon Pirate, car je le trouve encore petit pour cette histoire (et j'ai moyennement envie de me lever la nuit pour cause de cauchemards !). Il s'agit de "Saint Nicolas et les enfants perdus" de Christine NAUMANN-VILLEMIN. On y découvre la veritable histoire de Saint Nicolas illustré par des dessins tout doux. Dans la seconde partie du livre, il y a un documentaire réalisé avec le Musée lorrain de Nancy expliquant la legende de Saint Nicolas. J'y ai appris pourquoi Saint Nicolas qui est d'origine orientale (évêque de Myre) est si attaché à la Lorraine.

Plus que quelques heures de patience...

Je vous souhaite à tous un très joyeux Noël !!!

Partager cet article
Repost0

La tête de l'emploi

Publié le par lydiane

Une couverture qui me fait marrer, un roman de FOENKINOS, il ne m'en faut pas plus pour me laisser tenter !

La tête de l'emploi

4ème de couverture :

A 50 ans, Bernard se voyait bien parti pour mener la même vie tranquille jusqu'à la fin de ses jours. Mais parfois l'existence réserve des surprises... De catastrophe en loi des séries, l'effet domino peut balayer en un clin d'oeil le château de cartes de nos certitudes. Et le moins que l'on puisse dire est que cet homme ordinaire, sympathique au demeurant, n'était pas armé pour affronter ce qui l'attendait.

Bernard pensait que ça n'arrivait que dans les livres, et que l'auteur était vraiment carricatural; parce que vraiment, non, ce n'était pas possible que tout s'écroule en même temps... Eh ben si ! Et notre héros, Bernard, va en faire la douloureuse experience.

Sa femme le quitte, enfin plutôt elle le met à la porte "pour réfléchir à leur relation". Lui, du coup, se retrouve à l'hotel, mais comprend vite que cette "reflexion" va prendre plus de temps que prévu... Au boulot, c'est guère mieux ! Son patron, personnage hautement antipathique (non, tous les banquiers ne sont pas comme ça !), le prend en grippe et le retrograde. Mais quand ça va mal, ça va mal, il finira par se faire virer. Sans revenu, impossible de payer l'hôtel... Ses amis répondent aux abonnés absents, voilà Bernard, 50ans, obligé de retourner vivre chez ses parents.

Je me suis régalée avec ce Bernard qui a vraiment la poisse ! Il m'a attendri et aussi fait rire avec ses tentatives pour cacher sa situation à sa femme et à sa fille. Il ne veut pas de la pitié des gens, mais en même temps reste à s'apitoyer sur son sort sans chercher à se défendre, ni au niveau professionnel, ni au niveau privé. Les parents de Bernard m'ont fait marrer ! Ils sont vraiment trop forts, à parler de leur fils alors que les cloisons sont si fines que Bernard n'en perd pas une miette !

Vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé ce roman et je vous le conseille !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Une seconde avant Noël

Publié le par lydiane

Romain Sardou est un écrivain français, né 1974. Il a déjà publié plusieurs ouvrages dans des styles très différents : du policier("personne n'y echappera"), du thriller medieval ("Pardonnez nos offenses"...), des contes de Noël, des romans.

J'ai déja lu plusieurs de ses livres, aujourd'hui, je me suis laissé tenter, periode oblige, par "Une seconde avant Noël".

 

Une seconde avant Noël

4ème de couverture :

1851. A Cokecuttle, cité industrielle anglaise hérissée des cheminée des hauts-fourneaux couvertes de suie, Harold Gui, neuf ans, orphelin de père et de mère, survit péniblement sous les ponts en pratiquant divers petits métiers. Et pourtant... Harold ne le sait pas encore, mais il est promis à un avenir merveilleux. Guidé par un génie invisible, il va découvrir un monde peuplé de lutins, d'arbres magiques et de rennes volants. D'extraordinaires aventures l'attendent avant de pouvoir enfin rencontrer sa destinée et devenir ce personnage à la longue barbe blanche, au costume rouge éclatant que nous connaissons tous très bien: le Père Noël...

On se retrouve vraiment dans l'ambiance de Londres du 19eS., un peu à la Charles DICKENS. Harold, petit garçon attachant, est loin d'être gâté par la vie. Orphelin, il s'enfuit d'un orphelinat où il était mal traité pour se retrouver accusé de crimes qu'il n'a pas commis. Du coup, direction une sorte de maison de correction, où il ne sera pas mieux traité. Heureusement, son caractère joyeux et son talent pour raconter des histoires de fées et de lutins lui permettent de se faire de nombreux amis.

Le monde féérique s'inquiéte de la tournure que prenne les choses sur la Terre. Les enfants sont appelés à travailler de plus en plus tôt, les préoccupations pratiques remplacent la féerie dans leurs petites têtes blondes. Saint Nicolas est quasiement passé aux oubliettes. Les fées, lutins et autres créatures du monde imaginaire ont besoin d'un nouvel idole pour faire rêver les enfants.

C'est la rencontre entre Harold et un lutin qui va tout déclencher !

J'ai adoré ce conte ! Romain SARDOU nous décrit avec plein de magie la naissance du Père Noël, des rennes, du sapin, de la buche de Noël, des lettres à envoyer au Père Noël...c'est vraiment très bien fait. En plus, je me suis régalée avec l'écriture, l'auteur intervient souvent pour parler en direct à son lecteur. J'avais la sensation qu'il me racontait rien qu'à moi son histoire.

Bref, un joli conte à lire bien au chaud, enroulé dans un plaid sur son canapé avec une tasse de chocolat...

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Esprit d'hiver

Publié le par lydiane

Esprit d'hiver

de Laura Kasischke

4ème de couverture :

Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d angoisse inexplicable. Rien n'est plus comme avant. Le blizzard s'est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant...

Un roman avec l'esprit de Noël...enfin si on veut ! Parce qu'on est effectivement le matin du 25 décembre dans cette histoire et Holly est en plein préparatif de son repas de fête, mais l'ambiance est pesante. J'avoue que j'ai eu du mal avec cette lecture au début. Je trouvais que l'auteur se répétait, insistait sur des détails dont je me foutais royalement. Et puis quelque chose me déplaisait dans le personnage de Holly...je me demandais si elle faisait exprès d'être une mère si nulle. On voyait bien qu'elle avait du mal à gérer son adolescente, et qu'elle avait tendance à dire exactement ce qu'il ne fallait pas.

Au fil des pages, je me suis bien rendue compte qu'il y avait un truc de louche. Finalement, on était loin de la jolie histoire de Noël, ça tourne un peu au thriller cette histoire, non ? Est ce que Holly n'est pas tout simplement folle ? Je ne sais pas si vous avez déjà vu le film "Les autres" avec Nicole KIDMAN, mais j'ai vraiment eu la sensation d'avoir une ambiance similaire... Bref, on connait le fin mot de l'histoire dans les 2 dernières pages du roman.

Du coup, c'est un peu compliqué de vous donner mon avis. Pendant ma lecture, je me disais que je n'aimais pas l'écriture de cette auteur, et qu'elle m'enervait avec ses redites. En refermant ce livre, on se refait toute l'histoire dans la tête et on se dit que c'est quand même pas mal tourné ! J'avais pensé à beaucoup de choses mais pas à ça. Par contre, bravo à l'auteur pour l'ambiance qu'elle arrive à créer dans son roman et qui monte crescendo.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Veille de Noël au 87ème district

Publié le par lydiane

de Ed McBEAN. Il s'agit d'un auteur américain, né en 1926 et décédé en 2005. Il est l'auteur des aventures du 87e District qui l'ont rendu célèbre. Il a publié 55 romans policiers dans la série du 87e district dont Veille de Noël en 1994.

4ème de couverture :

"L'inspecteur Steve Carella, du 87e district, s'ennuie. À quelques heures de la nuit de Noël, et malgré la neige, tout est calme au commissariat. Trop calme. Mais pas pour longtemps ! Deux trafiquants minables arrivent, menottés à un officier de police, en hurlant que leur sac ne transporte que de la myrrhe et de l'encens ! Lorsque le détective Meyer débarque avec un adolescent accompagné d'un mouton chapardé qu'il veut offrir à sa sœur, le 87e district commence à ressembler à une étable. Tout y est ! Le bruit... et l'odeur. Jusqu'à l'arrivé d'une gamine de seize ans sur le point d'accoucher... D'accord, c'est Noël, mais tout de même !"

Il s'agit d'un roman très court (voire d'une nouvelle), je l'ai lu en une soirée. Il ne m'a pas laissé un souvenir impérissable... C'est sympa cette "crèche vivante" qui se construit dans un commissariat, mais sans plus. En même temps c'est le 1er roman de Ed McBean que je lis, si j'étais une habitué du 87e district et de ses personnages, j'y aurais peut-être trouvé plus de saveur...Mais pour moi, ce fut trop court, trop précipité.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Le trone de fer - tome 14

Publié le par lydiane

4ème de couverture :

A présent que Stannis Baratheon est parti reprendre Winterfell aux Bolton pour s’assurer la domination du Nord, Jon Snow est redevenu le seul maître du Mur. Cependant, le roi autoproclamé a laissé sur place Mélisandre, la prêtresse rouge, qui semble décidée à apporter son aide au bâtard. Les flammes lui révèlent l’avenir, mais quel avenir ? A Meereen, la situation s’enlise : le blocus du port par les esclavagistes ne semble pas vouloir prendre fin, et Daenerys refuse d’envoyer ses dragons y mettre un terme flamboyant. L’enquête visant à démasquer les Fils de la Harpie, coupables des meurtres qui ensanglantent le pouvoir, piétine elle aussi. Seul un mariage pourrait dénouer la situation, mais les prétendants sont nombreux et les conséquences hasardeuses. Quant aux Lannister, ils vont devoir attendre encore un peu avant de pouvoir décoller la tête de leur lutin de frère : le ravisseur de Tyrion a de tout autres projets pour ce dernier…

 

Le trone de fer - tome 14

Je retrouve avec délice les aventures du Trone de fer. Mais il est vrai que le tome 13 est assez loin dans mon esprit, j'ai donc eu besoin d'une petite "remise à jour" avant de plonger pleinement dans ce 14ème tome. Heureusement, les sites internet sur le sujet sont nombreux ! Du coup, après m'être remis en tête tous les personnages (et leurs généalogies !), les lieux géographiques, et les intrigues, j'ai pu profiter de ma lecture "Des dragons de Meereen".

J'ai appris, toujours sur internet, que les tomes 13, 14 et 15, publiés en France sont en fait un seul bouquin aux USA. Ca explique peut-être quand dans ce tome 14, on ne trouve pas autant d'actions. On se retrouve avec beaucoup de personnages dans des situations d'attente (Jon, Bran, Arya, Danerys, Tyrion...). Malgré ça je ne me suis pas ennuyée une minute ! Je me demande vraiment comment toutes ces histoires, tissées par Georges R. R. Martin, vont se recoupées et se terminées.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

K comme ... KAY

Publié le par lydiane

Guy Gavriel Kay, né en 1954, est un écrivain canadien, spécialisé dans l'heroic fantasy. La trilogie La Tapisserie de Fionavar sont ses premiers romans. Publiés en 1984 et 86, ils rencontrent un beau succès. Depuis, GG KAY a développé un univers plus personnel, souvent qualifié de fantasy historique. Ses romans se situent dans un monde imaginaire, mais s'inspirant très fortement de l'Histoire.

J'ai découvert cet auteur grâce au challenge ABC et aux bonnes critiques lues sur cette 1ère trilogie. Je me suis donc lancé dans son 1er tome : L'arbre d'été

K comme ... KAY

4ème de couverture :

Notre Terre n'est qu'une ombre bien pâle, le reflet d'un monde plus ancien : Fionavar, le Grand Univers. Cinq étudiants, Kim, Dave, Jennifer, Paul et Kevin, vont d'ailleurs le découvrir à leurs dépens : projetés dans cette autre dimension grâce au mage Lorèn Mantel d'Argent, ils se retrouvent très vite impliqués dans les premières escarmouches du conflit entre les forces de la Lumière et celles des Ténèbres. Une guerre à laquelle leur existence de simples humains ne les avait pas préparés... Dès lors, chacun d'eux devra trouver sa place au sein de la grande Tapisserie qui compose le monde, afin de combattre Rakoth Maugrim le Dévastateur, qui vient de se libérer après mille ans d'emprisonnement...

Bon, j'avoue, j'ai failli arrêter ma lecture plus d'une fois, mais j'ai persevéré et suis allée au bout de ce 1er tome. Il faut aussi dire que vers la fin l'auteur a presque réussi à capter mon attention et a me donner envie de connaitre la suite. Mais je ne suis pas sur que ce soit suffissant pour que je lise les deux autres tomes... En creusant un peu sur internet, il parait que ses autres romans sont nettement meilleurs (notamment Les lions d'Al-Rassan ou La Mosaïque de Sarance). On verra si un jour je me laisse tenter.

Alors qu'est ce qui m'a déplu ? Ce n'est pas l'écriture, qui est plutôt bien maniée, mais l'histoire en elle-même. Un mec étrange vient proposer à 5 étudiants de partir vers un "autre monde", et eux sont ok, visiblement pas intérloqués, tout ça semble parfaitement normal. Euh ouais... j'avoue que moi un mec me demande si je veux faire un tour dans un monde parallèle avec lui, j'ai plutôt tendance à me dire qu'il lui manque une case et à courir loin, loin, loin. Mais bon, chacun réagit à sa manière ! La suite est un peu du même acalbi, ces 5 personnages risquent leurs vies pour sauver ce monde. J'ai pas toujours compris la logique de tous les évenements et comment ils s'imbriquaient ensemble, c'est certainement plus clair quand on a lu la suite j'imagine. Et puis j'avoue, il y a un peu trop de "bestioles" bizarres pour moi

Bref, ce n'est pas une lecture pour moi. Mais beaucoup d'autres personnes ont aimé, donc je suis certainement pas bon public pour ce genre d'histoire.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

1 2 > >>