Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Alors voilà

Publié le par lydiane

de Baptiste BEAULIEU.

A force de me voir toujours avec un livre à la main, mes collègues ont compris que j'étais un peu accro à la lecture. Du coup, à chaque fois qu'ils lisent un truc qui leur plait, ils me le prêtent ensuite. Une collègue m'a parlé de sa lecture du moment : Alors voilà. Je connaissais déjà le blog de Baptiste BEAULIEU pour y avoir lu certain de ses articles, mais je ne savais pas qu'il en avait tiré un bouquin.

Alors voilà

4ème de couverture :

Alors voilà, le récit au quotidien d'un apprenti médecin qui joue des claquettes entre les différents services des Urgences avec ses co-internes. Là, pendant sept jours, il décrit à une patiente en stade terminal ce qui se passe sous les blouses et dans les couloirs. Pour la garder en vie le temps que son fils, bloqué dans un aéroport, puisse la rejoindre.
Se nourrissant de situations bien réelles, vécues par lui ou par ses collègues, chirurgiens ou aides-soignants, Baptiste Beaulieu passe l'hôpital au scanner. Il peint avec légèreté et humour les chefs autoritaires, les infirmières au grand cœoeur, les internes gaffeurs, les consultations qui s'enchaînent, les incroyables rencontres avec les patients...
Par ses histoires d'une sensibilité folle, à la fois touchantes et drôles, il restitue tout le petit théâtre de la comédie humaine. Un bloc d'humanité.

S'il y a tant de séries télévisées avec pour cadre l'hôpital, y a bien une raison : il se passe une foule de choses entre ces murs blancs ! Sauf que dans le livre de Baptiste BEAULIEU, il n'est pas question de coucheries et d'intrigues rocambolesques, mais simplement de la réalité, et c'est bien suffisant ! La 4ème de couverture résume bien les chroniques livrées par cet interne, on sourit, on est outré, on est en colère et parfois on est même carrément révolté. Je n'y vois qu'un petit bémol : ça va parfois trop vite, j'aurais pu lire des pages entières sur certaines scènes.

Quelques extraits :

"Le chef, l'interne, l'ambulancier et Brigitte sont appelés pour une défenestration du huitième étage : "On est à fond : je ne sais pas ce qui traîne dans l'air, mais ce jour-là, bon Dieu, ce qu'on est à fond ! L'ambulancier ne conduit pas : il pilote, on est une team de super-héros prête à sauver la veuve et l'orphelin. Arrivé au pied de l'immeuble, j'attrape le scope (10 kg), le sac de réanimation (10 autres kg), on surgit dans le hall. Il y a un ascenseur ! "Pas d'ascenseur, dit le chef, sil tombe en panne quand on est dedans, le patient est cuit!" Ah oui, c'est vrai, le patient ! On va l'avoir celui-là ! Putain de bordel de Dieu, on va le récupérer, ce défenestré, et on le ramènera chez les vivants en le tirant par la corde du string s'il le faut !
On avale quatre à quatre les marches d'escalier, on flotte, on glisse, on est des particules qui volent ! Enfin nous voilà, huitième étage, transpirant, suant, mais enthousiastes et fiers d'avoir couru si vite, pour sauver ce pauvre type qui s'est pris pour un albatros. Une porte s'ouvre : une femme, petite, en tablier de cuisine, écarte largement ses bras et crie avec l'accent pied-noir :
- MAIS QU'EST-CE QUE VOUS FAITES LA! Mon fils, il s'est défenestré, c'est en bas qu'il a besoin de vous!"
Et Brigitte d'ajouter doctement :
- Tu vois, bichon, il y a une morale à cette histoire... Légère pause dramatique : Quatre personnes dans une même voiture peuvent cumuler plus de vingt-cinq ans d'études à elles toutes et être pourtant plus connes qu'une valise sans poignée. "

"11 heures, en bas.
Il s'agit du petit Hugo, quatre ans, métis, une figurine de dinosaure dans chaque main. Il a rongé le coin d'une plaquette d'Ariel en poudre, ce petit carré qui s'effrite entre les doigt quand il est mouillé. Sa mère est folle d'inquiétude :
- Il n'y pas mis grand-chose à la bouche, je lui ai tout enlevé, tout nettoyé avec de l'eau...
Moi, d'humeur joueuse :
- Il fait des bulles?
Sa mère, premier degré (en même temps c'est une mère) :
- Non, pas encore.
(...)
Moi, de retour dans la chambre, encore joueur :
- Alors? Toujours pas de bulles?
Elle :
- Je regarde bien, mais non, toujours pas. C'est plutôt bon signe, Docteur?
Que c'est beau, une mère! "

"A l'hôpital, il y a CEUX qui donnent et ce qui vole. Les infirmiers, les aides-soignants, les médecins donnent.
La maladie vole "

Si vous en voulez plus, c'est par là : http://www.alorsvoila.com/

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Fun Home

Publié le par lydiane

de Alison BECHDEL.

Je ne suis pas une grande fan de BD, pourtant je reste persuadée qu'il y a de belles découvertes à faire en la matière. Du coup, j'ai été bien contente que "lire une BD" soit une règle de notre Family Challenge.

Pour le choix de cette BD je me suis laissée conseiller par Penelope BAGIEU (généralement c'est mon style de BD, de l'humour !). Elle s'est soumise à la fameuse question du magazine Lire "3 livres sur une ile déserte", elle y citait cette BD : Fun Home.

Fun Home

Résumé :

Secrets de famille, déchirures cachées, enfance gothique, anxiétés sexuelles et grande littérature... Une autobiographie familiale à l'humour sombre et à la lucidité éblouissante... Bruce Bechdel enseigne l'anglais dans une petite ville de Pennsylvanie tout en dirigeant le " Fun Home ", le salon funéraire familial. Sa sensibilité, sa passion des livres, son raffinement s'expriment tant dans l'embaumement des corps que dans la restauration obsessionnelle de sa maison et la dictature esthétique à laquelle il soumet sa femme et ses trois enfants. La jeunesse d'Alison, sa fille, est envahie par l'ombre de ce père aux secrets brûlants, ogre des sentiments à la fois distant et infiniment proche. Elle découvre en même temps sa propre homosexualité et celle, soigneusement cachée, de ce tyran charmant, inconséquent et tourmenté, dont la mort brutale à 44, ans a tout d'un suicide. Dépassant de loin sa fonction d'exorcisme personnel, cette plongée vertigineuse dans les non-dits d'une famille américaine est le prétexte à revisiter l'une des plus grandes révolutions du XXe siècle - celle des genres sexuels.

Rien de bien gai comme vous pouvez le voir ! Je n'ajouterai rien de plus au résumé ci-dessus trouvé sur Babelio qui en dit déjà beaucoup.

Ce n'est malheureusement pas cette BD qui me fera changer mon avis général sur ce style littéraire. Ce n'est certainement pas fait pour moi... Je n'arrive pas à "entrer" réellement dans l'histoire par les images, j'ai visiblement besoin de mots. Ca ne m'a toutefois pas empeché d'emprunter à nouveau une BD à la médiathèque : article à venir prochainement ! 

Partager cet article
Repost0

Mercredi, c'est pour les petits ! (2)

Publié le par lydiane

Alors encore un album jeunesse aujourd'hui : Petit Pingouin a le hoquet

Mercredi, c'est pour les petits ! (2)

Petit Pingouin nous explique qu'il a mangé du Pili pili, et que depuis il a le hoquet. Il a tout essayé pour le faire passer, mais rien ne fonctionne. Alors la dernière solution c'est de faire appel à ces petits lecteurs. Une mission : lui faire peur !

Les garçon ont adorés : déjà en m'entendant imiter le hoquet tous les 3 mots, ils étaient mort de rire (bon, faut dire que j'imite le hoquet, aussi bien que je siffle..., comprendront ceux qui me connaisse.). Ensuite, ils aiment beaucoup les livres où il faut participer et quand il est question d'HURLER "BOUH !" pour faire peur à Petit Pingouin, c'est du bonheur ! 

Bon je ne vous garantie pas la "zenitude" avant le coucher avec cet album, mais on rigole beaucoup !

Mercredi, c'est pour les petits ! (2)
Mercredi, c'est pour les petits ! (2)
Partager cet article
Repost0

Journal d'un vampire en pyjama

Publié le par lydiane

de Mathias Malzieu.

Journal d'un vampire en pyjama

4ème de couverture :

Me faire sauver la vie est l'aventure la plus extraordinaire que j'ai jamais vécue.

C'est le 4ème romans de Mathias MALZIEU que je lis et, à chaque fois, il m'embarque dans son univers ! Le narrateur, qui n'est autre que Mathias MALZIEU lui-même, nous raconte l'épreuve qu'il a vécu il y a 3ans. Il est en pleine promotion pour la sortie du film Jack et la Mécanique du Cœur produit par Luc Besson. C'est des années de boulot qui se concrétisent. Mais c'est à ce moment précis qu'on lui diagnostic une aplasie médullaire.

L'hôpital va devenir son quotidien : traitement lourd, chambre stérile, être suspendu au résultat des analyses, la peur des proches, la greffe...Mathias MALZIEU nous raconte tout dans son journal (de transfusé) de vampire en pyjama.

J'ai adoré ce live, c'est poétique tout en traitant d'un sujet grave. Du Malzieu tout craché, courrez le découvrir !

Quelques extraits pour vous allecher :

Etre malade, c'est se sentir comme un enfant et un veillard en même temps

L'infirmière fait de son mieux pour régler la machine qui n'arrête plus de sonner. J'apprends à ne pas détester ces outils. Elle me prépare les globules rouges, ça fait des bruits de paquet de bonbons.
- De quel groupe êtes-vous ? demande-t-elle.
- Dionysos, je réponds.
- Je parlais de votre groupe sanguin.
- Ah oui... O +.

Elle revient avec une véritable canette de Coca Light. C'est si fabuleusement peu médical ! cette typographie venue du monde extérieur, ces reflets de chrome et ce rouge acier ... Je ne savais pas qu'une cuite au Coca Light pouvait rendre si heureux.

Je ne vous imaginais pas si petit ...
Sa voix ressemble à celle qui annonce les horaires des trains sur les quais de gare.
- Il va falloir que je vise bien pour vous couper la tête !
Elle fait glisser le plat de son épée contre ma joue.
- Mais qui êtes-vous et ...
- Je suis Dame Oclès, me coupe-t-elle.
- Dame qui ?
- Oclès ! Dame Oclès enfin ! Mon épée est assez réputée, déclare-t-elle en tapotant fièrement le métal de sa lame.
- Dame Oclès ... Connais pas.
- Comment ça "connais pas " ?
- Ah non, non, connais pas !
- Et bien vous allez apprendre à me connaître, car désormais j'irai partout où vous irez, dit-elle en levant son épée au-dessus de ma tête"

Et y en a des tonnes d'autres... !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0