Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Trois saisons d'orage

Publié le par lydiane

de Cécile COULON.

Trois saisons d'orage

4ème de couverture : 

Les Fontaines. Une pierre cassée au milieu d'un pays qui s'en fiche. Un morceau du monde qui dérive, porté par les vents et les orages. Une île au milieu d'une terre abrupte. Je connais les histoires de ce village, mais une seule les rassemble toutes. Elle doit être entendue. L'histoire d'André, de son fils Benedict, de sa petite-fille, Bérangère. Une famille de médecins. Celle de Maxime, de son fils Valère, et de ses vaches. Une famille de paysans. Et au milieu, une maison. Ou ce qu'il en reste. 
Trois générations confrontées à l'Histoire et au fol orgueil des hommes ayant oublié la permanence hiératique de la nature.
Saga portée par la fureur et la passion, Trois Saisons d'orage peint une vision de la seconde partie du XXe siècle placée sous le signe de la fable antique. Les Trois-Gueules, « forteresse de falaises réputée infranchissable », où elle prend racine, sont un espace où le temps est distordu, un lieu qui se resserre à mesure que le monde, autour, s'étend. Si elles happent, régulièrement, un enfant au bord de leurs pics, noient un vieillard dans leurs torrents, écrasent quelques ouvriers sous les chutes de leurs pierres, les villageois n'y peuvent rien ; mais ils l'acceptent, car le reste du temps, elles sont l'antichambre du paradis. 
Cécile Coulon renoue ici avec ses thèmes de prédilection : la campagne opposée à la ville, la lutte sans merci entre l'homme et la nature , qui sont les battements de cœur du très grand succès que fut Le Roi n'a pas sommeil.


Ce qui frappe, dans les premières pages, c'est l'écriture. C'est la première fois que j'ouvre un roman de Cécile COULON. Cette jeune auteur auvergnate de 29 ans, n'en ai pourtant pas à son coup d'essai, puisqu'elle a déjà publié 8 romans. Elle fait également de la poésie et cela se ressent dans ce roman. Ce qui m'a ferré dans ce livre, c'est la façon qu'elle a de faire monter la tension.

L'histoire se déroule aux Fontaines. Un village français, comme il en existait beaucoup dans les années 50-60.  Ici, on est loin de la ville, malgré tout, l'entreprise des frères Charrier prospère en exploitant les mines. Mais le monde rural est encore bien présent, et on distingue les natifs des Fontaines et ceux qui sont venus s'y installer. On va y suivre 3 générations : la famille de Maxime, famille d'agriculteurs, et la famille d'André, médecin venu exercer au village. Je n'en dit pas plus...

Quelques citations :

"Un jour, quelqu'un découvrirait la vérité, et ce quelqu'un parlerait. Quand les gens parlaient aux Fontaines, ils parlaient beaucoup, longtemps, et très fort. "

"- Qu'est-ce qui va m'arriver ? dit-il en reniflant, plus calme, plus apaisé.
Clément sourit.
- Je ne sais pas. Je suis prêtre, pas devin."

"Ce n'est pas votre faute, quelque chose s'est arrêté, répétait-il, vous ne devez plus chercher des raisons, sinon vous vous perdrez ; n'oubliez pas l'enfant mort, mais n'oubliez pas celui qui reste. Nos vies ont un terme, mais la vie persévère"

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Les yeux de Sophie

Publié le par lydiane

de Jojo MOYES

Les yeux de Sophie

4ème de couverture : 

J'ai cru que c'était la fin du monde. J'ai cru que rien de bon ne pourrait plus m'arriver. Je ne mangeais plus, je ne sortais plus. Je ne voulais plus voir personne. Mais j'ai survécu. Contre toute attente, j'ai fini par surmonter l'insurmontable et, petit à petit, la vie m'a paru vivable. »
Paris, 1916. Sophie Lefèvre doit prendre soin de sa famille alors que son mari part pour le front. Quand la ville tombe entre les mains de l'armée allemande, au milieu de la Première Guerre mondiale, Sophie est contrainte de faire le service tous les soirs à l'hôtel où réside la Wehrmacht. À l'instant où le nouveau commandant découvre le portrait qu'Édouard a fait de sa femme, cette image l'obsède. Une dangereuse obsession qui menace la réputation, la famille et la vie de Sophie, et va la conduire à prendre une terrible décision.
Un siècle plus tard, à Londres, Liv Halston reçoit ce portrait en cadeau de la part de son mari avant de recueillir son dernier soupir. Sa vie est bouleversée de plus belle lorsqu'une rencontre fortuite lui permet de découvrir la véritable histoire de ce tableau.

Les hommes viennent d'être mobilisés pour la 1ère guerre mondiale. Edouard, le mari de Sophie, est parti, la laissant seule dans un village du Nord. Sophie, aidée de sa sœur Hélène et de leur jeune frère font leur possible pour maintenir à flot leur Hôtel/restaurant. Jusqu'au jour où les allemands choisissent leur restaurant pour tous leur diners. Bien entendu, Sophie ne veut pas de l'ennemi dans son établissement, mais elle a guère le choix...

Tous les habitants la regardent de travers depuis que les allemands sont devenus des habitués de son restaurant. Mais c'est aussi la chance de ne plus souffrir du rationnement et de détourner un peu de nourriture pour les français.

Le commandant allemand, féru d'art, apprécie les tableaux d'Edouard qui couvrent les murs du restaurant. En particulier "les yeux de Sophie", un tableau où Edouard a représenté sa femme. Les discussions que Sophie a avec le commandant sur la peinture risque de lui couter cher...

Pour la suite du roman, le lecteur fait un saut dans le temps et se retrouve en 2006 à Londres au côté de Liv. Son mari est décédé brutalement il y a 4 ans. Liv, jeune trentenaire, n'a jamais réussi à s'en remettre. Son mari, architecte connu, leur a construit une magnifique maison. Malheureusement, les petits salaires de Liv ne lui permettent pas d'entretenir une telle maison. Malgré tout, elle ne peut se résoudre à la vendre.

C'est alors que Liv fait la rencontre de Paul. C'est la première fois qu'elle voit un peu de lumière au bout du tunnel, à nouveau un peu de joie dans sa vie. Paul est enquêteur, mais un enquêteur un peu spécial. Il est embauché par des héritiers souhaitant retrouver des oeuvres d'art qui ont été volées par les nazis pendant la seconde guerre mondiale. 

Un soir, Liv invite Paul dans sa chambre. Stupéfait, il se retrouve alors face "aux yeux de Sophie". Voyant son regard vers le tableau, Liv lui explique que son mari lui a offert durant leur voyage de noces. Evidemment, Paul a été mandaté pour retrouver ce tableau… 

Quel a été le parcours de ce tableau entre la 1ère guerre mondiale et 2006 ? Quel a été le destin de ses différents propriétaire. Bref, on suit une enquête bien particulière dans ce roman. Il y est question d'amour, de passion, de sacrifice et de douleur.

Ce roman avait vraiment tous les ingrédients pour me passionner. Mais ce ne fut malheureusement pas un coup de cœur. J'ai passé un bon moment de lecture quand même ! Je ne sais pas ce qui m'a manqué...je ne me suis peut être pas assez attaché aux personnages.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Mon désir le plus ardent

Publié le par lydiane

de Pete FROMM.

J'ai lu ce roman dans le cadre du Family Challenge : lire un livre écrit à la 1ère personne.

Mon désir le plus ardent

4ème de couverture : 

Maddy s'était juré de ne jamais sortir avec un garçon du même âge qu'elle, encore moins avec un guide de rivière. Mais voilà Dalt, et il est parfait. À vingt ans, Maddy et Dalt s'embarquent dans une histoire d'amour qui durera toute leur vie. Mariés sur les berges de la Buffalo Fork, dans le Wyoming, devenus tous deux guides de pêche, ils vivent leur passion à cent à l'heure et fondent leur entreprise de rafting dans l'Oregon. Mais lorsque Maddy, frappée de vertiges, apprend qu'elle est enceinte et se voit en même temps diagnostiquer une sclérose en plaques, le couple se rend compte que l'aventure ne fait que commencer.
"Mon désir le plus ardent" est le portrait d'un couple ancré dans le temps présent qui affronte avec courage et humour les épreuves de la vie. Avec sa voix pleine d'énergie, tout à la fois drôle et romantique, Pete Fromm nous offre une histoire d'amour inoubliable.

Quand j'ai débuté ce roman, le style narratif m'a surprise. Les phrases sont courtes, directes. Mais en fait, cela colle parfaitement au caractère de Maddy. Maddy sait ce qu'elle veut dans la vie. Pourtant, quand son regard croise celui de Dalt, elle perd ses certitudes. Très vite, ils se marient et décident de fonder une famille. 

Dans chaque chapitre, Maddy nous raconte une partie de sa vie. Il y a parfois plusieurs années entre chaque chapitre. Là aussi, ça peut surprendre au début. Je finissais un chapitre sur une scène, et j'attaquais le suivant pour connaitre la suite, mais je faisais alors un bond de plusieurs mois, voire plusieurs années dans le temps. En définitive, cela permet une merveilleuse vision de la vie de Maddy et Dalt. 

Autant vous le dire tout de suite, j'ai adoré ce roman. Les personnages de Maddy et Dalt m'ont convaincu. Ils sont forts, tellement beaux ensemble, drôles. Mais ils sont aussi plein de petits défauts...j'avoue que j'aurais bien mis 2 ou 3 claques à Maddy parfois ! Bref, ce roman est une magnifique histoire d'amour, mais sans trémolo, ni guimauve.

Partager cet article
Repost0

Les oubliés du dimanche

Publié le par lydiane

de Valérie PERRIN.

Les oubliés du dimanche

4ème de couverture : 

Justine, vingt et un ans, vit chez ses grands-parents avec son cousin Jules depuis la mort de leurs parents respectifs dans un accident. Justine est aide-soignante aux Hortensias, une maison de retraite, et aime par-dessus tout les personnes âgées. Notamment Hélène, centenaire, qui a toujours rêvé d'apprendre à lire. Les deux femmes se lient d'amitié, s'écoutent, se révèlent l'une à l'autre. Grâce à la résidente, Justine va peu à peu affronter les secrets de sa propre histoire. Un jour, un mystérieux « corbeau » sème le trouble dans la maison de retraite et fait une terrible révélation.
À la fois drôle et mélancolique, un roman d'amours passées, présentes, inavouées... éblouissantes.

J'ai adoré Changer l'eau des fleurs, j'ai donc eu envie, cet été, de me plonger dans un nouveau roman de cette auteure. Il est ici question de Justine qui travaille dans une maison de retraite. Elle adore son métier, et tisse de vrais liens avec les résidents. Elle aime passer du temps avec ces personnes âgées pour les écouter raconter leur vie. Et tout particulièrement avec Hélène.

Hélène lui conte son enfance. Cette petite fille est passionnée par la lecture, mais les lettres dansent devant ses yeux, se mélangent, et lui rendent toute lecture impossible. Exclue de l'école, moquée par les autres enfants, elle se renferme sur elle même. Et puis, c'est la rencontre avec Lucien, qui deviendra son mari. Une belle histoire d'amour qui sera brisée par l'arrivée des nazis.

En parallèle, au fil des pages, on apprend à connaitre un peu plus intiment Justine. Pourquoi elle vit chez ses grands-parents. Pourquoi son "frère" est son cousin. Pourquoi elle est si indépendante seule.

Ce ne fut pas un coup de cœur comme Changer l'eau des fleurs, mais malgré tout la lecture de ce roman est très sympathique. J'avoue qu'il m'a beaucoup fait penser à Tu comprendras quand tu seras plus grande, et c'est peut-être cette ressemblance qui m'a laissé un goût de déjà lu, et m'a donc un peu moins convaincue. 

Partager cet article
Repost0

La vie parfaite

Publié le par lydiane

de Silvia AVALLONE.

La vie parfaite

4ème de couverture : 

Le matin de Pâques, Adele quitte le quartier de Labriola et part accoucher, seule. Parce que l'avenir n'existe pas pour les jeunes nés comme elle du mauvais côté de la ville, parce qu'elle n'a que dix-huit ans et que le père est en prison, elle envisage d'abandonner son bébé. À une poignée de kilomètres, dans le centre de Bologne, le désir inassouvi d'enfant torture Dora jusqu'à l'obsession. Autour de ces deux femmes au seuil de choix cruciaux, gravitent les témoins de leur histoire. Et tous ces géants fragiles, ces losers magnifiques, cherchent un ailleurs, un lieu sûr, où l'on pourrait entrevoir la vie parfaite.
Avec un souffle prodigieux et une écriture incandescente, Silvia Avallone compose un roman poignant sur la maternité et la jeunesse italienne écartelée entre précarité et espoir.

On plonge avec ce roman dans une cité italienne, où misère sociale et affective règne. La description de l'auteur est parfaite. On est en plein au milieu des blocs, chaque habitant louche sur son voisin par la fenêtre, aucune intimité. Ca crie, ça se drogue, ça s'insulte. Les pères sont étrangement absents, ils se sont barrés ou sont en prison. Mais malgré l'exemple de leurs mères, les jeunes filles reproduisent les mêmes scénarios, sans s'en rendre compte.

Adèle ne croit pas à l'école, avec ou sans diplôme, ça ne changera rien de toute façon. Elle rêve d'une belle histoire d'amour avec Manuel. Mais lui rêve d'argent facile, il l'a laisse tomber, enceinte, pour intégrer la mafia locale. Bien évidemment ça finira mal, bien évidemment Manuel ira en prison et bien évidemment Adèle sera seule avec ce bébé qui grandit en elle et qu'elle n'a jamais désiré.

Elle ne voit pas, juste à côté d'elle, Zéno, ce garçon timide, intelligent, qui la regarde avec tendresse. Zéno, lui, a poursuivi ses études. Il fait la fierté de sa prof, Dora. Dora qui aide chaque jour ses élèves à s'épanouir mais dont le ventre reste vide. Cela fait 5ans qu'elle y pense nuit et jour à cet enfant qui ne vient pas. Elle essaie tout, sa vie est une succession de traitements médicaux et d'examens. Mais rien n'y fait...

Les personnages et "l'ambiance" sont très bien travaillés, malgré ça, je me suis un peu ennuyée à mi parcours… Mais l'auteur a réussi à capter mon attention dans la deuxième partie du roman, et j'ai dévoré la fin.

Partager cet article
Repost0

Il est grand temps de rallumer les étoiles

Publié le par lydiane

de Virginie GRIMALDI.

Déjà l'année dernière, j'avais lu l'un de ses romans en vacances. J'ai réitéré cette année. 

Il est grand temps de rallumer les étoiles

4ème de couverture :

Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers.
Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l'observe depuis la bulle dans laquelle elle s'est enfermée.
À 17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d'y renoncer pour aider sa mère. Elle cherche de l'affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, ils se transforment après l'amour.
Lily, du haut de ses 12 ans, n'aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu'il a quitté le navire.
Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.
Anna, Chloé, Lily. Trois femmes, trois générations, trois voix qui se répondent. Une merveille d'humour, d'amour et d'humanité.

Ce roman est un vrai page-turner. Les chapitres sont courts, et on change de narrateur : le lecteur est invité à lire le journal intime de Lily, le blog de Chloé et nous avons également de point de vue d'Anna. Anna est mère célibataire. Elle jongle comme elle peut entre son job, ses factures, ses filles. Mais le jour où elle se fait licencier, convoquer par le proviseur du collège et celui du lycée et qu'un huissier sonne à sa porte, la coupe est pleine. Elle a un choix à faire...et elle va choisir ses filles ! Elle les embarque toutes les deux dans un road trip en Scandinavie.

La promiscuité imposée par la vie en camping car peut rapprocher les êtres, mais peut aussi les rendre dingues ! Au fil des pages, on assiste, aux prises de becs voire aux grosses engueulades, mais aussi aux calins de réconciliation et aux fous rires familiaux; tout ça avec les magnifiques paysages du Grand Nord.

Alors oui, il n'y a pas un suspens de dingue, on voit bien comment tout cela va finir, mais franchement, on passe un super moment avec ce roman. C'est bien écrit, on y déniche de très jolies phrases. C'est doux sans être niais. Je vous le conseille pour une belle lecture sans prise de tête.

Je ne résiste pas au plaisir de partager quelques lignes du cahier de Lily (qui a clairement un talent fou pour les expression françaises) :

"Il ne faut pas mettre la charrue avant de l'avoir tuée". 

"J'espère que c'est vrai, sinon il faudra qu'on mette les pendules sur les i"

"tu la prends vraiment pour un lapin de la dernière pluie "

Et un extrait qui m'a particulièrement parlé :

"Les parents sont des funambules. On marche sur un fil tendu entre le trop et le pas assez, un colis fragile entre les mains.
Il faut être attentif, mais ne pas laisser croire à notre enfant qu'il est le centre du monde; il faut lui faire plaisir sans qu'il devienne blasé; il faut équilibrer son alimentation sans le priver; il faut lui donner confiance, mais qu'il reste humble; il faut lui apprendre à être gentil, mais à ne pas se laisser faire; il faut lui expliquer les choses, mais pas se justifier; il faut qu'il se dépense et qu'il se repose; il faut qu'il apprenne à aimer les animaux, mais à s'en méfier; il faut jouer avec lui et le laisser s'ennuyer; il faut lui apprendre l'autonomie tout en étant présent; il faut être tolérant mais pas laxiste; il faut être ferme mais pas rude; il faut lui demander son avis, mais pas le laisser décider de tout; il faut lui dire la vérité sans atteindre son innocence; il faut l'aimer sans l'étouffer; il faut le protéger, mais pas l'enfermer; il faut lui tenir la main tout en le laissant s'éloigner. "

Partager cet article
Repost0

Entre deux mondes

Publié le par lydiane

d'Olivier NOREK.

J'ai découvert ce lieutenant de police dans La Grande Librairie il y a 2 ans. Il venait y présenter son roman "Entre deux mondes". Je savais qu'un jour où l'autre je finirai par le lire ! Alors, comme je dois lire un roman policier pour le Family Challenge, je me suis dis que ce serait l'occasion.

Entre deux mondes

4ème de couverture : 

Adam a découvert en France un endroit où l'on peut tuer sans conséquences. 

La 4ème de couverture laisse planer le mystère, je vais vous en dire un peu plus. Il s'agit d'Adam, un syrien, qui oeuvre contre le pouvoir en place. Quand il sent qu'il risque d'être découvert, il fait partir sa femme et sa fille, direction Calais. Il leur promet de les retrouver dans quelques semaines pour terminer le voyage jusqu'en Angleterre. Mais quand il arrive dans la jungle de Calais, il cherche désespérément sa famille sans succès.

Il apprend les codes de cette jungle, les règles, les camps, les trafics...jusqu'à ce que son chemin croise celui d'un flic, Bastien. Adam y voit l'opportunité de retrouver la trace de sa famille. Il propose alors une collaboration à Bastien : il l'informe de ce qui se passe dans la jungle et Bastien, lui, se renseigne via les outils de la police sur sa femme et sa fille.

Il n'y a pas un suspens de fou concernant l'enquête policière, j'ai effectivement deviné très rapidement qui était le coupable. Mais l'intérêt de ce roman est ailleurs ! On plonge totalement dans l'univers de la jungle, et c'est effrayant… Ce qui est particulièrement réussi, c'est qu'il n'y a pas de parti pris : rien n'est tout rose, ni tout noir, ni du côté des migrants, ni du côté des flics. On ne peut pas rester indifférent à ce roman. Je l'ai refermé en me disant, encore une fois, que j'ai bien de la chance d'être née en France.

Partager cet article
Repost0

La religion

Publié le par lydiane

de Tim Willocks

Comment j'en suis arrivée à trouver ce livre ? Je n'en ai plus aucune idée… Mais le fait qu'il est une note de 4.04/5 sur Babelio n'y est certainement pas étranger !

La religion

4ème de couverture :

Mai 1565. Malte. 
Le conflit entre islam et chrétienté bat son plein. 
Soliman le Magnifique, sultan des Ottomans, a déclaré la guerre sainte à ses ennemis jurés, les chevaliers de l'ordre de Malte. Militaires aguerris, proches des Templiers, ceux-ci désignent leur communauté sous le vocable de " la Religion ". 
Alors qu'un inquisiteur arrive à Malte afin de restaurer le contrôle papal sur l'ordre, l'armada ottomane s'approche de l'archipel.
C'est le début d'un des sièges les plus spectaculaires et les plus durs de toute l'histoire militaire.
Dans ce contexte mouvementé, Matthias Tanhauser, mercenaire et marchand d'armes, d'épices et d'opium, accepte d'aider une comtesse française, Caria La Penautier, dans une quête périlleuse. Pour la mener à bien, ils devront affronter les intégrismes de tous bords, dénouer des intrigues politiques et religieuses, et percer des secrets bien gardés.
Sur fond de conflits et de mystères religieux, cet ouvrage follement romanesque et d'une érudition sans faille témoigne d'un sens de l'intrigue remarquable. En explorant la mystérieuse histoire des chevaliers de l'ordre de Malte, Tim Willocks, porté par une langue aussi intense que réaliste, évoque autant Alexandre Dumas qu'
Umberto Eco. Un classique immédiat.

 

Une comparaison à Alexandre Dumas, une histoire d'Hospitaliers (sorte de Templiers, pour l'ignorante que je suis en Histoire...) et des intrigues religieuses et politiques, autant vous dire que je ne pouvais que craquer ! Bon, il me fallait tout de même affronter 945 pages…

Le 1er chapitre m'a complétement happée. J'ai su dès le départ que le personnage de Matthias allait me plaire. Et cette impression s'est révélée juste jusqu'à la dernière page. Ce n'est ni un ange, ni un démon. La carapace de son cœur, endurcie par les épreuves, peut se fendre parfois. Mais malgré tout, il fait parfois les mauvais choix (...et on a envie de lui foutre des baffes !). Les autres personnages, Bors, Carla, Amparo et bien évidemment Orlandu sont tout aussi intéressants.

L'intrigue ensuite est captivante. Je ne connaissais pas ce passage de l'Histoire avec un grand H. Il faut tout de même avoir le cœur bien accroché, car l'auteur ne nous épargne pas les scènes de guerre ou de torture. J'avoue avoir eu un petit passage à vide au milieu du roman...un peu longué pour moi. Mais plus je me suis approchée de l'épilogue, plus les pages tournaient vites.

Bref, un beau roman historique, complexe avec des personnages comme je les aime et très bien écrit. Je viens de découvrir qu'il existe une suite : "les douzes enfants de Paris". On quitte l'ile de Malte pour Paris, mais le sang est visiblement toujours au rendez-vous car on plonge au cœur de la St Barthélémy.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

La nuit des temps

Publié le par lydiane

de René BARJAVEL.

J'aime lire un classique de temps en temps. Ce roman publié en 1968, je l'avais lu pendant mes années au lycée. J'en gardais un souvenir vague...mais surtout le sentiment d'une belle lecture. Aujourd'hui que je suis beaucoup plus familière avec la science fiction en littérature, j'ai eu envie de relire "La nuit des temps".

La nuit des temps

4ème de couverture :

Dans l’immense paysage gelé, les membres des Expéditions Polaires françaises font un relevé du relief sous-glaciaire. Un incroyable phénomène se produit : les appareils sondeurs enregistrent un signal. Il y a un émetteur sous la glace…
Que vont découvrir les savant et les techniciens venus du monde entier qui creusent la glace à la rencontre du mystère ?
La nuit des temps c’est à la fois un reportage, une épopée mêlant présent et futur, et un grand chant d’amour passionné. Traversant le drame universel comme un trait de feu, le destin d’Elea et de Païkan les emmène vers le grand mythe des amants légendaires.

Au fil des pages, l'histoire me revenait en mémoire. Mais quand bien même, j'ai adoré cette relecture ! Certes il s'agit d'un roman de science fiction, mais ce roman est cruellement moderne. C'est un magnifique roman d'amour, mais aussi un roman qui démontre encore une fois la bêtise humaine, la folie des hommes que leur vanité pousse à commettre l'irréparable. C'était vrai hier, ça l'est aujourd'hui et, malheureusement, ça le sera certainement demain aussi.

L'écriture de Barjavel est plaisante, les pages tournent vite pour découvrir "ce mystère" et sa résolution. Je ne veux pas en dire beaucoup plus de peur de révéler trop de choses. Bref, je vous incite vraiment à lire ce roman si ce n'est pas encore fait !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Metronome

Publié le par lydiane

J'ai profité d'une formation à Paris pour me plonger dans Metronome de Lorant DEUTSCH.

Metronome

4ème de couverture :

Saviez-vous que la Lutèce des origines ne se situait pas sur l'île de la Cité, mais à Nanterre ? Que les derniers combattants gaulois massacrés par les Romains reposent sous la tour Eiffel ?
Que les vestiges de la première cathédrale de Paris se trouvent sous le parking d'un immeuble moderne du Ve arrondissement ?
Au fil de ses découvertes, Lorànt Deutsch vous emmènera vers ce qui fut le Pont-au-Change, ancêtre de la Bourse, puis chez ce bistrotier qui entasse ses bouteilles dans une cellule de la Bastille sauvée de la destruction, et tout au long des rues où se cachent des trésors que vous ne soupçonniez pas.
Une promenade captivante, où défilent les seigneurs alliés comme les princes rebelles, et tout ce qui a forgé le pays.
Vous verrez s'ériger des murailles contre l'envahisseur, s'agiter l'Église, s'imposer les marchands, s'ébrouer les artistes, l'Université s'installer sur des ballots de paille place Maubert, le peuple de Paris se soulever - violent, sanglant, emblématique -, et se construire ainsi toute l'histoire de France.

J'ai franchement aimé ce livre ! A travers 21 chapitres qui portent le nom de stations de métro, Lorant DEUTSCH nous raconte l'histoire de Paris, et donc l'histoire de France de siècle en siècle. Il a un vrai talent de conteur. Il sait captiver son lecteur par ses petites anecdotes. 

Je viens de voir sur internet qu'il existe également le Métronome Illustré, qui permet de visionner ce que le Métronome nous raconte. Lorant DEUTSCH a également élargi sa zone en publiant "Hexagone" : il y reprend visiblement la même recette que Métronome mais pour la totalité de la France. Ca donne envie...

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>